Intelligence Artificielle : un peu d’histoire

La notion d’Intelligence Artificielle est évoquée pour la première fois dans les années 1950 par le mathématicien anglais Alan Turing dans son livre Computing Machinery and Intelligence. Il soulève alors l’idée inédite d’apporter aux machines une forme d’intelligence, idée qu’il décrit par un test, aujourd’hui connu sous le nom de « Test de Turing ». Cette méthode permet de déterminer si un ordinateur est capable de comprendre, agir, apprendre et percevoir comme un humain en faisant interagir un individu à l’aveugle avec un autre humain puis avec une machine. Si l’individu n’est pas capable de distinguer l’ordinateur de la machine, la machine peut alors être considérée comme « intelligente ».

Quand l’IA surpasse l’Homme

Cinquante ans plus tard, en 1997, alors que les promesses de l’IA ne font pas l’unanimité, Garry Kasparov, l’un des meilleurs joueurs d’échecs de l’Histoire, se fait battre par DeepBlue, un supercalculateur conçu par IBM, alors que celui-ci soutenait : « l’ordinateur ne sera jamais plus fort que l’homme ». En 2016 de nouveau, AlphaGO, Intelligence Artificielle développée par Google DeepMind, gagne au jeu de Go contre le joueur Lee Sedol, considéré comme le meilleur joueur au monde au milieu des années 2000.

IA forte & IA faible : entre fiction et réalité

Aujourd’hui, l’Intelligence Artificielle a dépassé la phase expérimentale et est utilisée dans de nombreux domaines (santé, finance, transport, industrie, télécom…). Certains projettent que l’IA remplacera un jour l’Humain, qu’elle sera en mesure de s’adapter à des situations inédites et sera dotée d’une conscience propre, on parle d’IA forte. Toutefois, malgré des progrès toujours plus rapides, nous sommes aujourd’hui encore loin par exemple du scénario décrit dans le film « Her » dans lequel Theodore Twombly tombe amoureux de Samantha, un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur et qui se traduit par une voix féminine intelligente, intuitive et drôle.

Si l’Intelligence Artificielle tend à reproduire le comportement humain, celle-ci reste aujourd’hui un outil, un outil certes très puissant qui ouvre sans aucun doute une ère de disruption et de croissance mais pour autant incapable de créer ou de concevoir, on parle d’IA faible. Ce sont en effet les Hommes qui créent et définissent les algorithmes qui permettent à la machine de fonctionner : les Data Scientistes utilisent par exemple des algorithmes pour toutes les méthodes de scoring, d’analyses prédictives, de segmentation etc… qui permettent un gain d’efficacité significatif pour les entreprises. Ainsi, on pourrait définir l’Intelligence Artificielle comme étant : « un ensemble de techniques permettant d’imiter le comportement humain, agissant de manière rationnelle en fonction de faits, données et expériences, et capables d’atteindre un ou plusieurs objectifs donnés de manière optimale » (Ezratty, 2017)

Anouk Radureau, Consultante en Stratégie Marketing Digital & CRM

 

 

Un sujet à nous soumettre ?
Un projet à partager ?
Envie de rejoindre l’aventure ?