C’est le profil que les entreprises s’arrachent depuis quelques années : j’ai nommé le Product Owner.
Initialement associé à des responsabilités techniques, le métier de PO a aujourd’hui évolué pour couvrir un périmètre plus large et investir tout type d’organisation ; de la startup à l’entreprise du CAC40, la fonction de Product Owner s’impose en même temps que le digital atteint son âge de maturité.
Mais concrètement, s’agit-il d’une terminologie nouvelle pour désigner le traditionnel chef de projet, ou assiste-t-on à une véritable évolution des besoins de l’entreprise dans un contexte nouveau ?
Dans cet article, on décrypte la fonction de Product Owner (versus celle de chef de projet), on dévoile les enjeux du métier, et on analyse l’évolution du contexte qui accompagne son essor.

Le PO remplace-t-il le chef de projet ?

De plus en plus présente dans les organisations, la notion de Product Owner désignait à l’origine un métier technique issu des méthodes agiles, notamment de la méthode Scrum. Bien qu’il reste associé à une dimension techno et digitale forte, le métier a évolué pour couvrir un périmètre plus large.
Quand on parle de Product Owner, on pense évidemment au classique chef de projet qu’on aurait simplement renommé pour lui donner un côté plus sexy. Certes, les deux fonctions sont proches. Toutefois, le Product Owner ne remplace pas le chef de projet : il s’agit d’un métier nouveau, centré sur le produit plus que sur le projet, avec une vision à long plutôt qu’à court terme. En effet, le PO a la responsabilité de sortir le produit, mais aussi de le faire évoluer dans le temps selon un process d’amélioration continue.
Autre différence : la fonction de PO intègre une forte dimension techno ou digitale ; ce qui n’est pas nécessairement le cas pour le chef de projet.

 

Quels sont le périmètre et les enjeux du PO ?

Parmi les principales caractéristiques du métier de PO, on note la dimension tangible du métier d’une part — on travaille sur un produit et non sur un projet —, et la vision au long cours d’autre part, qui témoigne du niveau de maturité dans la gestion de projet.
Aujourd’hui, il ne s’agit plus uniquement de sortir un produit (un site Internet par exemple), mais d’en assurer le suivi et l’évolution sur le long terme.

Le périmètre du poste peut en revanche être très variable en fonction des entreprises. Il est d’ailleurs délicat de le définir clairement, car il faut évaluer la façon dont la fonction de PO peut s’articuler avec les autres métiers de l’entreprise.

Certaines organisations juxtaposent (dans le pire des cas) ou articulent (dans le meilleur) des responsables e-commerce (sur la dimension métier/vente) et des PO en charge du site e-commerce en tant que produit – avec parfois la complexité additionnelle d’avoir plusieurs PO pour un même site (un pour la partie e-merchandising et un pour la partie tunnel de conversion par exemple). Il est alors difficile de définir les missions de chacun, de leur attribuer des responsabilités spécifiques et de bien délimiter leur périmètre d’intervention.
Ce tâtonnement sur la meilleure organisation est courant, car la mise en œuvre de la fonction de PO va au-delà des questions de méthodologie, d’instances, de RACI et d’outils : elle dépend également de la culture d’entreprise.

 

Pourquoi cet engouement pour le profil de PO ?

Ce métier résulte de la maturité digitale des entreprises.
Les méthodes agiles, initialement réservées aux startups, se démocratisent dans les structures plus traditionnelles. Les entreprises cherchent en effet à inscrire leur projet sur le long terme, et intègrent donc la nécessité d’un travail de suivi et d’amélioration continue. La présence d’un Product Owner au périmètre élargi permet ainsi d’analyser les données de performance au-delà de la technique et de la connaissance métier. Or l’intégration de la Data est devenue indispensable dans un process d’amélioration continue.

L’essor du métier de Product Owner répond également à de nouvelles attentes côté collaborateurs. Il s’agit d’un poste recherché, bien payé et apprécié pour sa dimension tangible. Le Product Owner a une responsabilité palpable, définie et suivie dans le temps.

Pourquoi cet engouement pour le profil de PO ?

Nous intervenons de deux façons : soit en aidant les PO à bien définir leur périmètre et leur rôle dans l’entreprise, soit en fournissant des compétences de PO aux entreprises qui n’en disposent pas en interne.

> Comment accompagnons-nous les PO ?
Chez LineUP7, nous travaillons sur des typologies de clients très variées, que ce soit en terme de
taille (de l’ETI à l’entreprise du CAC40), de maturité digitale, de type d’entreprise, de marché ou de business.
Cette diversité nous permet d’avoir une vision diversifiée et complète de nombreux types d’organisation. Nous sommes donc capables d’effectuer des recommandations sur-mesure, notamment sur la façon d’articuler le rôle de Product Owner avec les autres métiers de l’entreprise. Ainsi, nous avons la capacité à bien accompagner les PO sur leur métier, leur rôle dans l’organisation et la façon dont ils peuvent l’enrichir au profit de l’organisation.

> Dans quels cas proposons-nous des PO en régie ?
Pour les entreprises qui ne disposent pas de PO en interne, nous sommes capables de fournir ces compétences en régie.
Deux cas de figure peuvent se présenter :
– Quand une entreprise mature souhaite lancer un nouveau projet qui nécessite cette compétence, dont elle ne dispose pas en interne.
– Quand l’entreprise n’est pas mature : l’intégration d’un Product Owner en régie pour la mise en place d’un produit spécifique permet d’effectuer un travail d’acculturation.

L’acculturation est d’autant plus efficace qu’elle se fait par le projet et par le produit.

Un sujet à nous soumettre ?
Un projet à partager ?
Envie de rejoindre l’aventure ?